Petite note : Pardonnez-moi si ce billet est approximatif, j'ai laissé la rédaction du voyage à Nikko dans mes cartons un bon moment. Ca fait à présent plus d'un mois que je suis allé là-bas, par conséquence, certaines indications pourront vous paraître un peu flous, simplistes. Je m'en excuse d'avance :)

Le mois d'octobre s'est terminé en beauté du côté de Kashiwa. Entre les portes ouvertes à Todai (le 30 et 31) et une fête d'hallowen (le 31), ce dernier week-end avait tout pour être épuisant. Mais pour réaliser le grand chelem, il fallait faire un voyage pour être complètement cuit en cours de japonais le lundi matin. J'ai donc accepté de partir au Nord de Tôkyô pour aller du côté de Nikko, une ville simple et agréable au pied des montagnes, et dont les sanctuaires et temples sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le lieu est aussi très prisé pour les couleurs d'automne appelé "kouyou" (qu'on peut traduire par "les feuilles rouges de l'automne"). NB : Corrigez-moi si je me trompe ^^

Je pars donc de mon domicile de Kashiwa le dimanche matin vers 7h30 la tête un peu dans le cul après la fête d'Hallowen de la veille. Je pédale tant bien que mal jusqu'à la gare la plus proche pour terminer ma nuit dans le train. Environ deux heures plus tard et quelques changements de lignes, j'arrive à destination.

Programme du jour : Visite d'une célèbre cascade suivi d'une visite des temples et sanctuaires de Nikko.

  • Ryuji no Taki

Une heure de bus dans les montagnes aux alentours de Nikko a été nécessaire pour arriver à notre première destination. Arrivé sur place, une "mauvaise" surprise m'attendait. Les couleurs de l'automne étaient clairement sur leur fin voir quasiment finies. Le rouge n'était que moyennement présent, quelques arbres avaient même déjà perdu toutes leurs feuilles... De quoi de mettre de bonne humeur après tout ce long périple. La cascade du dragon était quant à elle intéressante mais manquait de charme à cause d'une végétation environnante évidemment pas au goût de l'automne. Je ne qualifierai pas cette première visite de déception, mais pour être honnête, je n'étais pas non plus au septième ciel. Ce fut tout de même un lieu tout à faire agréable à visiter.

  • Les sanctuaires et temples de Nikko

Attaquons-nous au deuxième morceau de la visite de Nikko, la "crême de la crême" que la ville peut nous offrir. Mon moral photo remonta en flèche à la vue d'une végétation plus digne de l'automne japonais. Sans être au top, elle offrait néanmoins la possibilité de prendre quelques clichés. Quand aux lieux à ne pas manquer, je cite sans ordre précis le sanctuaire Toshogu (avec les trois singes de la sagesse et le proverbe qui leur est associé : see no evil, hear no evil, speak no evil), le pont sacré Shinkyo (que je n'ai pu prendre en photo à cause de la nuit tombant à 16-17h et l'averse qui tomba sur Nikkô) ou encore le temple Rinnoji.

Bref, comme vous pouvez le voir, il m'est difficile de vous donner des détails plus précis sur cette visite. Sachez tout de même que Nikkô a son Kit Kat Special Strawberry Edition comme vous avez pu le voir dans le billet gastronomique récemment posté. C'est sur ces mots très intéressants que je conclus ce billet.

Nikko1.jpg

Nikko1.jpg

Nikko1.jpg