Le whopper 7... Rien que de d'écrire ce nom me donne encore des frissons dans l'estomac. Revenons quelques jours en arrière, le jeudi 5 novembre. En naviguant tranquillement sur Yahoo et en lisant rapidement les news à la une du site, je découvre une nouvelle insolite sur un Hamburger spécial pour fêter la sortie de Windows 7 sur l'archipel. Son nom, le Whopper 7 !

En découvrant l'affiche, je pense évidemment à une grosse blague, ce n'est pas possible de faire un hamburger aussi stupide et de mettre 7 steaks en même temps. Je me renseigne donc quand même un peu sur le site officiel de Burger King, le supposé investigateur de l'idée et à mon plus grand étonnement, ce hamburger existe vraiment. Malheureusement pour moi, l'offre s'est terminée fin octobre donc trop tard pour l'essayer... whopper7.jpg Le soir même, un de mes compagnons INSAiens me contacte pour me dire que l'offre a été prolongée jusqu'à 6 novembre inclus. Un seul jour pour tenter l'hamburger de l'enfer... Allez, je suis au Japon, je suis là pour tester tout et n'importe et au nom du journalisme, je relève le challenge et me prépare activement à affronter le monstre. Le vendredi, je décide de sauter le petit déjeuner et de me nourrir d'un ramen cup au déjeuner pour crever la dalle le soir et espérer terminer cet hamburger.

Il est maintenant 21h, mes compagnons et moi-même arrivons sur le lieu où le combat va avoir lieu, pour un prix de 1400 yens (environ 10 euros), on obtient l'objet de nos désirs et on se prépare à attaquer la bête. Comme un symbole, ce repas nous a fait traverser 7 états :

  • Excitation : La serveuse nous dépose nos trois Whoppers 7 devant nous. On est émerveillé, les yeux pétillent, mes amis prennent des photos (oui, j'avais oublié de charger mon appareil donc pas de photos de mon côté), on est prêt à découvrir l'hamburger.

IMG_0050.JPG

  • Émerveillement : On enlève l'étiquette windows 7 sur le papier de l'hamburger et on déballe notre repas. La légende disait vrai, sous nos yeux émerveillés se tenaient 7 steaks, tous aussi dégueulasses les uns que les autres. De nouvelles photos sont prises. On constate néanmoins que le tout est moins sexy que la pub visant à promouvoir l'hamburger. (Qui croyait franchement à la présentation de l'affiche de toute façon ?)

IMG_0051.JPG

  • Dégustation : Les premières bouchées sont plutôt positives. La raison ? On avait cruellement faim. Je me dis intérieurement que je vais me le faire tranquille ce put*** de monstre.
  • Blocage : On arrive à présent à la moitié de l'hamburger, les bouchées sont de plus en plus difficiles. Le milieu est sec, le goût devient répétitif et l'estomac commence à crier "C'est bon, arrête de déconner man !".
  • Dépression : La tâche devient vraiment difficile, les gouttes de sueur apparaissent sur les fronts. Je décide d'attaquer l'hamburger en manger les steaks un par un en m'aidant de mes deux sachets de Ketchups. Au bout du 4ème steak, je craque, j'en peux plus, je déprime... Burger King m'a vaincu... MAIS !!!!!

IMG_0067.JPG

  • Abnégation : C'est alors qu'une voix dans ma tête me crie : "AKIRAMENAIII !!" (N'abandonne pas). Je décide de me lever et d'aller marcher 5-10 mns pour prendre l'air et reposer mon estomac. Cette bouffée d'oxygène m'a permis d'attaquer les 2 steaks suivants (bien qu'on m'ait piqué mes restes de ketchups). Je me retrouve finalement avec deux steaks entamés à leur deux-tiers. "Je peux le faire ! I can do it ! Je n'abandonnerai plus !", me dis-je. C'est alors que que j'abats ma dernière carte: le café gratuit à ceux qui prennent un Whopper 7. Oui, jamais dans ma vie je n'avais autant remercié celui qui avait découvert le café (Messieurs de la région de Kaffa en Ethiopie, dieu vous bénisse). Cette boisson chaude au parfum léger et subtil a permis de libérer de la place dans mon estomac pour le dénouement final en faisant fondre je ne sais pas comment les morceaux de steak de mon estomac.
  • Délivrance : J'arrive à la dernière bouchée. Mon ventre n'en peut plus. La dernière bouchée est magistrale, le steak a du mal à entrer complètement dans la bouche, je mâche pendant de longues minutes et évidemment j'immortalise le moment par une photo. Eh oui ! Il est 21h40, 40 minutes après le début des hostilités, j'en termine donc du Whopper 7. Une joie (toute mesurée quand même) m'envahit : "I DID IT !". Je profite avec allégresse de mon café en attendant que mon ami en finisse aussi avec son hamburger tel un gentleman. Quelques minutes plus tard, comme une Dora l'exploratrice au sommet de sa forme, nous pouvions tous fièrement crier au monde : "WE DID IT ! YES, WE DIT IT"

C'est ainsi que se termine mon plus grand défi depuis mon arrivée au Japon.

PS : Sur l'affiche, on peut voir un prix de 777 yens (Marketing quand tu nous tiens), si on lit en détail l'affiche, le prix de 777 yens est réservé aux 30 premiers clients de la journée. Après, il faut payer le prix fort.