Non, sur ce titre légèrement modifié à ma sauce d'une chanson de l'ex-groupe de rock Oasis (pour les incultes le vrai titre est "The importance of being idle"), je vais revenir sur cette journée passée à Tôkyô à arpenter les events de Noël du côté de Marunouchi, Shiodome et Roppongi et de quelques privilèges du photographe.

Nous sommes le 12 décembre, après avoir vu une publicité qui parle d'un marché de Noël alsacien en plein centre de Tôkyô, je décidai d'y faire un tour avec mes camarades de l'INSA de Lyon. Arrivé en début d'après-midi sur place, j'ai effectivement retrouvé une petite ambiance de marché de Noël français : quelques chants de Nöel a capella d'une troupe japonaise, des stands vendant divers produits culinaires français : vin, fromage, tarte flambée, friandises, chocolats et bien plus encore... Malgré tout, la petite taille du marché m'a légèrement déçu et le fait d'y passer en plein après-midi ne permettait pas de profiter pleinement des illuminations du soir. Bref, en moins d'une heure, le marché fut plié et donc, un plan de rechange s'imposait. Pendant que mes camarades décidèrent de se diriger vers Shibuya, je décidai de faire cavalier seul en allant du côté de Shiodome et Roppongi.

Chrismas1.jpg

Chrismas2.jpg

D'un coup, l'âme du touriste qui sommeillait en moi refit surface. Première chose, aux chiottes les cartes, je décidai de marcher en mode freestyle en tournant un peu là où ça avait l'air intéressant mais tout en essayant de rejoindre deux lieux importants de mon périple : la Tôkyô Tower et Roppongi Hills. Evidemment, je me suis rapidement "paumé" (vu que j'allais dans la direction complètement opposé de la Tôkyô Tower) mais pu profiter des diverses décorations de Noël de Shiodome ou des spectacles de rue. Deuxième chose, ne dérangeant plus personne à mettre trois plombs pour prendre une photo et jouissant d'une totale liberté, ma quantité de photos prises a monté de façon exponentielle avec plus de 140 photos pour cette après-midi, un véritable retour au source depuis mon voyage à Kawagoe.

Christmas3.jpg

Après un calcul miraculeusement préparé, j'arrivai à la Tôkyô Tower exactement au moment où la nuit tomba après des détours invraisemblables dans les ruelles les plus discrètes de Tôkyô. Moi qui voulais à l'origine prendre des photos de la tour de Tôkyô by night, j'en ai eu bien plus puisque des illuminations de Noël arboraient les alentours de la tour . Alors que je pensais passer 5-10 mn à prendre la tour de Tôkyô, j'ai passé près de 30 mn à passer dans les parages à mitrailler tout ce que j'ai pu.

Christmas4.jpg

Christmas5.jpg

La nuit étant complètement tombée, les feux étaient à présent au vert pour profiter du Christmas Spirit de Roppongi by night. Pour une fois, je décidai de jeter un coup d'oeil à la carte mais ne sachant pas de quel côté de la Tôkyô Tower j'étais, j'ai décidé de la direction à emprunter par un petit pile ou face et comme par miracle, je suis arrivé à Roppongi sans trop de mal, était-ce l'instinct du "parfait" touriste ? Malgré tout, j'ai dû errer quelques minutes à Roppongi à chercher les illuminations à cause de tous les buildings géants qui m'ont empêché de me repérer. Bref, après avoir récupéré quelques mouchoirs (ça faisait longtemps), et pris les routes qui montaient le plus haut possible (ben oui, la destination s'appelle Roppongi Hills quand même), j'arrivai à destination et comme prévu, les illuminations étaient très blanches, il y avait du monde, un marché de Noël sympatoche et un showcase gratuit d'une chanteuse connue vu la masse de personne amassée devant la scène et des gars de la sécurité qui m'ont envoyé chier.

Chrismas6.jpg

Chrismas7.jpg

Enfin, comme d'habitude, il est difficile de ne pas parler des "random encounter". Je commence vraiment à penser que se balader seul, tel un vagabond, la crinière au vent, avec un appareil photo à la main et une tête de japonais (d'après les japonais -_-) facilite les rencontres. Aujourd'hui, les random encounters se sont déroulés au pied de la Tôkyô Tower avec trois jolies demoiselles et à Roppongi avec une autre demoiselle qui n'arrêtait pas de s'agiter en me faisant des signes à partir de sa voiture. Bien sûr, j'ai mis trois ans à comprendre que c'était à moi qu'elle les faisait (j'étais tout seul dans la rue d'un côté) et c'est avec un grand sourire et un geste majestueux du bras que je lui ai renvoyé ses signaux. Tout le monde a souri, tout le monde s'est marré, tout le monde était content, si ça c'est pas un pays chaleureux !