Si vous connaissez bien votre géographie, vous devriez savoir que le Japon comporte quatre îles principales : Honshu, Hokkaido, Kyushu et Shikoku. De toutes les îles. De toutes les îles, s'il y en a bien une qui reste un mystère pour de nombreux étrangers, c'est bien l'île de Shikoku. En effet, je vous lance le défi de me citer une seule ville de cette île... Pas facile hein ? C'est là tout le mystère de cette île, Honshu a Tôkyô et Kyotô ; Hokkaido a Sapporo ; Kyushu a Fukuoka et Nagasaki. Quant à Shikoku, elle possède Tokushima, Kôchi ou bien encore Matsuyama, bref pas des noms reluisants qui font tilt à l'oreille de nombreuses personnes.

Malgré tout et après quelques hésitations, c'est bien là-bas que j'ai décidé de passer la Golden Week, la semaine sacrée de vacances au Japon. Accompagné de deux compagnons de route, nous partîmes pour un périple de 4 jours qui va s'avérer être riche en surprises.

Direction Tokushima

Parlons tout d'abord du trajet jusqu'à Tokushima, premier arrêt de notre aventure. Pour s'y rendre, deux choix : le Shinkansen avec un changement à Osaka ou le bus de nuit. N'ayant jamais pris le bus de nuit, je me suis dit que c'était la bonne occasion de tenter l'expérience malgré les avis plutôt mitigés d'autres étudiants de Todaï : pas très confortables, peu de place pour dormir, tête dans le cul le jour suivant... Les éloges ne pleuvaient pas. Seul point positif, le prix relativement compétitif; jusqu'à deux fois moins (7000 yens l'aller contre 19000 yens pour le train), de quoi accepter la "torture" le temps d'un voyage. Mais à ma grande surprise, le voyage s'est pas trop mal déroulé, bien sûr, ce n'est pas le luxe, mais ma petite taille a clairement joué en ma faveur puisque je ne me suis pas senti à l'étroit pendant le voyage. Enfin, après 9 heures de route et une arrivée à 7 heures du matin, me voici à Tokushima pour commencer un nouveau périple.

Tokushima et Naruto

C'est donc sous un soleil de plomb que commence la visite des lieux. Commençons tout d'abord par Naruto qui est la première destination de la journée. Situé à une vingtaine/trentaines de kilomètre au nord de Tokushima pour 45mn/1h de train, cette ville qui porte le nom du célèbre héros du manga éponyme est visitée pour deux choses : son célèbre pont et ses tourbillons. Grâce à la magie des lieux et des courants, il n'est pas rare d'observer des tourbillons dans la mer en début d'après-midi. Il est possible de les observer du haut du pont et pour les plus curieux par bateau. Bien que les tourbillons n'atteignaient pas ceux qu'on trouve dans les films (oui ceux qui sont complètement géants comme dans Pirate des Caraibes 3 :D), cela restait tout de même impressionnant.

Shikoku1.jpg

Shikoku3.jpg

De retour à Tokushima, plusieurs choses sont à voir : monter en haut du Mt Bizan pour avoir un panorama de la ville (vivement conseillé en fin de journée et nuit), un tour du centre ville en bateau et gratuit (que je n'ai pas pu faire faut de temps), ou encore la visite d'Akita Machi, le quartier des divertissements. Il est clair que cette ville n'est pas un lieu de passage obligatoire pour les touristes visitant le Japon mais possède un charme non négligeable qui permet de passer un moment agréable le temps d'une après-midi.

Shikoku2.jpg

Petite anecdote amusante : En retard pour faire le check-in de l'hôtel, nous avons décidé de prendre un taxi pour nous rendre à notre lieu de résidence et le moins qu'on le puisse dire, c'est que les chauffeurs à Shikoku, ce sont des paysans de première classe. Pas de GPS, ne savent pas lire une carte, ne connaissent même pas la ville de Tokushima, bref du niveau pro ! Mention spéciale à notre conducteur qui arrive à baver comme un chien pendant qu'il parle.

La vallée Iya

Deuxième jour, deuxième destination, la vallée Iya. Pour faire simple, ne comptez pas vous y rendre sans voiture, car c'est montagneux, les bus sont irréguliers et je ne parle même pas des trains, un vrai enfer.

Passons au lieu en lui-même, je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux gorges du Verdon en m'y rendant. Des montagnes avec une rivière en plein milieu, un lieu parfait pour faire du rafting (ce lieu est considéré comme LE spot pour pratiquer cette activité au Japon). J'en ai donc profité pour m'initier à cette activité le temps d'une matinée et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça roxe du poney ! Évidemment, c'est moins intense que le meilleur sport du monde (je parle du Badminton bien sûr), mais c'est une expérience inoubliable, surtout quand on peut profiter d'un environnement aussi classe que celui-ci.

Shikoku4.jpg

Quant à des lieux à ne pas manquer, il est impossible de ne pas faire un détour par le pont Kazubarashi et la cascade Biwa juste à côté. Situé en plein milieu de la vallée , l'histoire raconte que le pont a été construit par le clan Heike (je vous laisse chercher des infos par vous-même) à partir d'une plante appelé Shirakuchigasura afin de pouvoir échapper aux poursuivants qui auraient la merveilleuse idée de couper les cordons du pont derrière eux. Je pense qu'il faut être Japonais pour comprendre le symbolisme de ce pont; il y avait bien une heure de queue pour marcher sur ce pont... Quand à la cascade situé à 500 mètres du pont, les guerriers Heike se consolaient ici en écoutant le son de la cascade (Ben oui, il n'y avait pas beaucoup de divertissement à cette époque...)

Shikoku5.jpg

Shikoku6.jpg

Kôchi
Capitale de la préfecture de Kôchi, cette ville respire ce que j'appelle "la glande". Proche de la mer, température estivale, de lieux touristiques ne demandant pas trop d'efforts physiques, un lieu parfait pour passer une bonne journée sans stress.

Commençons tout d'abord par le château de Kôchi. Je vous vois venir avec vos airs de "putain, encore un autre !", mais celui de Kôchi possède une qualité que peu de monuments japonais peuvent se vanter. Il n'a pas pris feu au cours des précédents siècles ! Un miracle me direz-vous ! Mais Kôchi n'est pas seulement connu pour son château, si je vous dis Ryôma Sakamoto, cela ne vous dit peut-être pas grand chose... Je vous conseille de faire un tour sur Google pour en savoir plus sur ce personnage populaire dans le cœur des japonais. Pour une présentation rapide, Sakamoto a été l'un des artisans du mouvement visant à renverser le Shogunat Tokugawa avant la restauration de Meiji. Sa popularité est aussi en partie due aux nombreuses adaptations télévisuelles dont il a été "victime".

J'en arrive au second lieu à voir à Kôchi, Katsurahama. Situé au Sud de la ville, vous pouvez comparer cet endroit à un mini camp de vacances : une plage, de nombreux restaurants, un aquarium, un musée en l'honneur de Sakamoto Ryôma, une arène de bataille de chiens (oui, oui, vous avez bien lu... Je ne sais pas s'ils s'entretuent, mais c'est bien ce que j'ai compris sur l'endroit...).

Shikoku8.jpg

Shikoku7.jpg

Shikoku9.jpg

Matsuyama
Encore un effort mes amis, on arrive pratiquement au bout du voyage. Capitale de la préfecture de Ehime. Je ne vous cache pas qu'à partir de ce moment-là, mes amis et moi sommes entrés dans une période de rush intense pour terminer la visite de l'île. La visite de Matsuyama s'est faite le temps d'une soirée et d'une matinée.

Commençons par le plus important, Dogo Onsen. Comme dit dans mon précédemment billet, cet Onsen dont le bâtiment a plus de 100 ans d'existence a servi de modèle à l'un des plus beaux films d'animations japonais : Le voyage de Chihiro. L'architecture du bâtiment rappelle fortement le Japon jadis. Pendant la Golden Week, l'onsen a littéralement été envahi par les Japonais. Que ce soit en soirée vers 22h ou en tout début de matinée vers 7h, les japonais commençaient déjà à faire la queue pour certains forfaits de l'Onsen. J'en ai profité pour goûter aux joies des Onsen ici, je reviendrai dessus dans un prochain billet...

Shikoku10.jpg

Deuxième lieu à découvrir : le château de Matsuyama. Encore une fois, mieux vaut être fan des architectures japonaises et de son histoire pour apprécier à sa juste valeur ce monument. Perché en haut d'une colline, ce château a comme 90% des bâtiments historiques a été victime d'incendies (cette fois, c'est la foudre qui en est la cause -_-) qui ont obligé à des rénovations au cours des derniers siècles. Etant allé là-bas très tôt dans la matinée avant son ouverture, je n'ai pas pu visiter l'intérieur du château.

Kompira-san
Dernier arrêt à Shikoku, rien de mieux pour terminer ce voyage par un moment de zenitude dans la préfecture de Kagawa. Kompira-san est un sanctuaire se situant dans la ville de Kotohira dans les hauteurs du Mont Zozu. La véritable aventure commence une fois qu'on décide de gravir les 800 marches qui mènent au sanctuaire. Cette ascension avait tout en elle pour me tuer : juste après le déjeuner, dernier jour du voyage donc fatigue à son maximum, une température digne d'un mois de juillet et plus d'eau dans mon sac... Bref, j'ai eu tout le temps de me repentir de mes pêchés lors de la montée des marches... Au risque de décevoir les plus curieux d'entre vous, le sommet réserve du classique (que je trouve toujours cool quelque soit le lieu) : une vue sur la ville de Kotohira et évidemment Kompira-san, le sanctuaire principal. Après tous ces efforts, j'en ai donc profité pour prier le bon dieu et de flasher un peu tout ce que j'ai pu autour de moi.

Shikoku12.jpg

Avant de refermer ce dernier chapitre, mention spéciale aux udons (pâtes à base de farine et de blé) de Shikoku et plus particulièrement celui de Kompira. Certaines personnes m'ont affirmé que les udons de Shikoku étaient célèbres et délicieux. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces derniers n'avaient pas tort; c'est tout simplement les meilleurs udons que j'ai mangé jusqu'à maintenant. (Tellement bon que j'en ai acheté comme ômiyage pour mes camarades de Kashiwa).

Conclusion
Quel voyage ! Shikoku regorge de 1001 surprises. Alors évidemment, il est pour moi impossible d'apprécier à son maximum l'île si l'on ne peut pas voyager en voiture. Les meilleurs coins se situent évidemment dans des lieux plutôt isolés, loin des grands axes ferroviaires. Ayant eu la chance de faire le voyage en automobile (et sur le siège arrière, donc dodo de temps en temps\o/), je ne regrette pas d'avoir changé mes plans initiaux de voyage à Kyushu/Okinawa pour Shikoku. 4 jours sont suffisants pour faire le tour des principaux lieux importants. Mes amis et moi-même pensons tout de même qu'un cinquième jour aurait été parfait pour visiter davantage de lieux et ne pas se précipiter à certaines étapes.

Le retour à Tôkyô s'est fait en Night Bus pour une arrivée à 6 heures du matin à Shinjuku... Un timing parfait pour rentrer tranquillement à Kashiwa, prendre un bon petit déjeuner et aller en cours de japonais tout frais... Ou pas... :D