Une année au Japon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, octobre 19 2009

Un brin de sport

Un vendredi d'octobre, c'est en forme olympique que je pars en direction de Todaï sous les coups de 11h pour mes euh... 2 heures de "cours" du jour :D

Arrivé dans mon laboratoire, personne... enfin presque personne. "Bon, je repasserai pour le déjeuner..." me dis-je intérieurement. Que faire en attendant ? Armé de mon appareil photo, je décidai d'aller prendre des clichés du campus de Kashiwa en attendant l'heure du repas. A peine sorti, une voix de speaker m'interpelle de l'autre côté de la rue. Des cris de foule se font entendre dans le stade de Kashiwa. D'un air curieux, je m'y dirige, rencontre des enfants de primaire en tenue de sport, traverse les grillages d'entrée du stade et monte les escaliers donnant sur les tribunes. C'est avec une certaine surprise que j'y découvre une compétition d'athlétisme inter-école. Rien d'extraordinaire me direz-vous ? On a ça en France évidemment... Mais l'atmosphère qui s'y dégageait m'a vraiment enchanté.

Une tribune pleine (allez, je me mouille je dis qu'il y avait bien 1000-1500 personnes dans le stade) qui met de l'ambiance, un véritable speaker qui annonce les sportifs à chaque début de course et le classement final tel un véritable meeting d'athlétisme, des enfants japonais qui se donnent à fond dans une course, un beau temps.

Notons aussi le véritable sérieux "à la japonaise" des athlètes : échauffement des muscles avant et après la course, simulation de départ dans les starting-blocks, entraînement pour les coureurs de haies, des professeurs qui donnent les derniers conseils à leurs élèves, vêtements d'athlètes pour tout le monde et bien plus encore ! (Ca me rappelle comment ce genre de trucs se faisait complètement à l'arrache quand j'avais leur âge :) )

Bref, un vraie ambiance de fête et un véritable plaisir d'entendre des "Yuta-kun, gambare ! Gambare !", ou toute la tribune crier et encourager leurs favoris le temps d'un 100 mètres ou 110 mètre haies.

Athle1.jpg

Athle2.jpg

Athle3.jpg

Athle4.jpg

Athle5.jpg

mardi, octobre 13 2009

Life oh life ! Oh life !

Non, je ne vais pas vous chanter la chanson de Des'ree mais tout simplement vous présenter en quelques photos mon lieu de résidence au Japon.

Premièrement, je n'habite pas sur le campus de l'université, ni dans une chambre d'étudiante mais dans un appartement privé. Évidemment, je n'ai pas entrepris les démarches tout seul comme un grand mais je fus très bien aidé par un groupe d'étudiants japonais qui m'ont accompagné (ainsi que mes collègues INSAiens) pour remplir tous les papiers concernant le bail de l'appartement.

Bref, pour environ 45000 yens (340 euros) sans les charges eaux + électricité, je vis dans un appartement de 24 mètres carrés, avec Internet gratos (et fibre optique qui plus est, donc upload et download, même combat :D ), salle de bain, toilette,kitchenette, réfrigérateur, micro-onde, machine à laver, télé, et divers meubles (armoire, table, chaises...). Il ne manquait finalement qu'un petit set de futon pour bien dormir. Autres points très appréciés : La proximité de deux gares qui nous emmènent à Tokyo en 20-30 minutes, la présence d'un supermarché et le quartier résidentiel relativement calme.

Le seul bémol de l'appartement est sa position par rapport à mon université : environ 30 minutes à pied. Néanmoins, sous l'impulsion de cette célèbre chanson de Queen : Bicycle Race et du nombre de japonais qui se déplace à vélo à Kashiwa, je me suis rapidement procuré un vélo pour réduire les trajets de 20 minutes. En plus, les aménagements pour encourager l'utilisation du vélo sont nombreux : parkings à vélo à tout bout de champ, piste cyclable sur la route ET sur le trottoir (qui sont relativement larges du côté de Kashiwa).

Sans plus attendre, quelques clichés de l'appartement au moment de mon emménagement début octobre.

Appart1.jpg

Appart1.jpg

Appart1.jpg

Appart1.jpg

Appart1.jpg

Home_to_University.jpg

mercredi, septembre 23 2009

Ready to take off !

Me voilà à quelques jours du grand départ vers de nouveaux horizons après avoir profité pleinement de cette ville de Paris et de ces festivals ces derniers mois... (Pour ceux qui l'ignorent, monter sur l'Arc de Triomphe et Notre Dame sont gratuits pour les moins de -26 ans, de quoi profiter du paysage sublime que nous offre Paris et immortaliser le moment de quelques clichés ^^ )

Comme promis, je vais vous parler -rapidement et brièvement- de Tôdai, mon point de chute au Japon, puis des quelques formalités administratifs pour entrer dans le pays.

Contrairement au système éducatif français qui permet à tout étudiant d'entrer dans une université à condition d'avoir le BAC, intégrer une université japonaise se fait par concours (pour simplifier les choses, on pourrait calquer ce modèle sur les concours des grandes écoles en France). Le concours d'entrée à Tôdai est réputé pour être l'un des plus difficiles ; il est donc prestigieux pour un lycéen japonais d'intégrer cette université.

L'université de Tôkyô est divisée en cinq campus.

  • Le campus Hongo : celui qu'on voit tout le temps dans les mangas (Love Hina, Death Note...), animes, dramas
  • Le campus Komaba
  • Le campus Shirokane
  • Le campus Nakano
  • Le campus Kashiwa

Pour ma part, j'atterrirai sur le campus Kashiwa, le plus éloigné de Tôkyô, et se trouvant dans la préfecture de Chiba. Dans ma petite bourgade campagnarde de 300 000 habitants, je serai à environ 1 heure de Tôkyô en train (sur la carte ci-dessous, Kashiwa, c'est le petit A)

KashiwaMap

Concernant les papiers, allant résider et étudier au Japon plus de 3 mois, quelques papiers s'imposent :

  • Le visa et le passeport (que c'est étonnant !)
  • Le COE (Certificate of Eligiblity): papier ô combien précieux et indispensable pour l'obtention du VISA et qui permet d'étendre le séjour au Japon à 1 an et 3 mois. Il faut remplir un tas de papier justifiant qu'on pourra survivre au Japon en terme de ressources etc... Et attendre que le service d'immigration japonais imprime le certificat. Bref, ces démarches prennent bien un bon mois.

Allez, plus que quelques heures, dont une petite escale chez nos amis les Allemands et je toucherai enfin le but !

Adios Paris ! (J'emporte quand même avec moi ce livre sur le PSG gracieusement offert par des amis pour me rappeler d'où je viens et qu'ici c'est Paris xD)